Je participe à ce collectif !

Pour vous inscrire au collectif et ainsi participer à l’aventure… Inscrivez-vous via ce formulaire…

N.B : Les données enregistrées ne sont utilisées que pour vous contacter… Elles sont stockées sur une interface d’hébergement personnelle (hébergeur mutualisé). Elle sont donc sécurisées le plus possible…Et difficilement “piratables”…

Cette information sera masquée du public
Obligatoire, car c'est ce qui vous identifie sur le réseau à la place de votre nom
Non obligatoire mais important pour vous mettre en relation
Sous la forme : 20, Rue Machin Bidule , 14000 CAEN
Pour vous contacter et former le réseau. Vous serez informé du lancement du collectif et des actions locales. Cette information sera masquée du public. Seul un formulaire de contact permettra de vous contacter publiquement.
Recevoir la newsletter ?

Retrouvez-nous aussi sur :

« Ceux qui iront au débat de Macron sont des collabos ! »

Partagez cette page sur : 


Avec son franc-parler habituel, Sébastien Béraud appelle les agriculteurs au boycott du « débat » avec Macron.

Demain matin, lors du Salon de l’Agriculture, une réunion se profile entre le président Macron et 200 agriculteurs soigneusement sélectionnés par les syndicats. Pour Sébastien Béraud, cette convocation sent la supercherie à plein nez. Il exprime son désir ardent que ces 200 représentants de la terre déclinent l’invitation présidentielle, laissant Macron face à son propre monologue. Car, pour beaucoup, il est évident que derrière ces semblants de dialogue se cache en réalité un monologue bien orchestré, une tentative de communication habile mais vide de véritable engagement. Les images léchées, les discours lisses, tout cela n’a plus de prise sur une population lasse de belles paroles sans actes concrets.

Cependant, l’enjeu va bien au-delà des apparences. Pendant que les projecteurs se braquent sur cette rencontre, d’autres décisions cruciales se prennent en coulisses. La récente autorisation d’importation de produits ukrainiens sans réglementation adéquate en est un exemple flagrant. Alors que la France s’apprête à octroyer 3 milliards à l’Ukraine pour son conflit, nos agriculteurs, eux, se voient accordés une fraction de cette somme pour survivre. Une injustice criante qui révèle une politique à deux vitesses, où les intérêts économiques priment sur la souveraineté alimentaire et le bien-être des citoyens.

Chères lectrices, chers lecteurs,

Soyez acteur du changement en soutenant un journalisme véritablement indépendant et de qualité en vous abonnant à notre média financé par les dons de personnes comme vous.

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous





Source

RESIST CAEN
Author: RESIST CAEN

Autres articles

RESIST – NORMANDIE
Défilement vers le haut