Je participe à ce collectif !

Pour vous inscrire au collectif et ainsi participer à l’aventure… Inscrivez-vous via ce formulaire…

N.B : Les données enregistrées ne sont utilisées que pour vous contacter… Elles sont stockées sur une interface d’hébergement personnelle (hébergeur mutualisé). Elle sont donc sécurisées le plus possible…Et difficilement “piratables”…

Cette information sera masquée du public
Obligatoire, car c'est ce qui vous identifie sur le réseau à la place de votre nom
Non obligatoire mais important pour vous mettre en relation
Sous la forme : 20, Rue Machin Bidule , 14000 CAEN
Pour vous contacter et former le réseau. Vous serez informé du lancement du collectif et des actions locales. Cette information sera masquée du public. Seul un formulaire de contact permettra de vous contacter publiquement.
Recevoir la newsletter ?

Retrouvez-nous aussi sur :

La défense de Depardieu par Macron consterne les féministes

Partagez cette page sur : 


“Ce n’est plus un fossé, c’est un trou béant” : la défense de Gérard Depardieu par Emmanuel Macron a ravivé l’antagonisme entre le chef de l’État et les féministes, dont les relations s’étaient légèrement apaisées avec l’inscription de l’IVG dans la Constitution.

Dans un entretien sur France 5 mercredi soir, Emmanuel Macron s’est dit “grand admirateur” de l’acteur, visé notamment par deux plaintes en France pour viol et agression sexuelle, et mis en examen dans l’un des deux cas. Gérard Depardieu réfute ces accusations.

“Entre nous et le chef de l’État, ce n’est plus un fossé, c’est un trou béant”, déclare à l’AFP Maëlle Noir, de la coordination nationale du collectif “Nous toutes”.

Les propos du président “ne sont pas seulement scandaleux, mais dangereux, cela envoie un signal qui est de continuer à ne pas croire les victimes, à piétiner leur parole en toute impunité”, estime-t-elle. “C’est d’une violence extrême, un énorme recul dans les prises de position politique contre les violences commises contre les femmes”.

Même analyse à la Fondation des femmes, dont la présidente Anne-Cécile Mailfert épingle les convictions “masculinistes” d’Emmanuel Macron et indique ne “plus avoir d’espoir” ni “d’illusion” sur lui concernant les questions des droits des femmes.

“On est clairement dans la culture du viol, dans le discours qui vise à renverser la culpabilité : ça n’est plus Gérard Depardieu le chasseur, le prédateur, ce sont les femmes qui chasseraient les hommes, qui les cibleraient”.

“C’est d’autant plus grave qu’on parle du président de la République, sa parole engage notre pays et a un véritable impact”, estime-t-elle auprès de l’AFP. “Il aurait pu dire que c’est insupportable de parler comme cela des femmes, que l’égalité entre les femmes et les hommes est inscrite dans la Constitution, il aurait pu avoir un message pour les victimes de Gérard Depardieu et les femmes en général. Il ne l’a pas fait”.

Sur son compte Instagram, la comédienne Charlotte Arnould, qui accuse Gérard Depardieu de l’avoir violée en 2018 à deux reprises — l’acteur a été mis en examen en 2020 dans cette affaire — a réagi jeudi à l’interview du chef de l’État avec quatre mots sur fond noir : “Juste… c’est super dur”.

“Un président ne devrait pas dire ça”, a commenté sous cette publication Emmanuelle Dancourt, cofondatrice de #MeTooMedias.

– “Énormément à accomplir” –

Les crispations entre le chef de l’État et les associations féministes mettent un terme à l’apaisement relatif qui prévalait depuis la présentation mi-décembre d’un projet de loi constitutionnel visant à inscrire la liberté de recourir à l’IVG dans la Constitution.

Si la formulation retenue (“liberté” et non “droit”) ne satisfaisait pas les militantes féministes, ces dernières avaient toutefois salué un “symbole fort” après la régression de ce droit aux États-Unis en 2022.

Dans ce contexte, la défense de Gérard Depardieu par Emmanuel Macron passe d’autant plus mal, relève Louise Delavier, de l’association “En avant toute(s)”.

“Faire tant de communication pour parler de la défense des femmes et de leurs droits, et ensuite aller outrageusement défendre quelqu’un comme Depardieu, cela créé de la dissonance cognitive”, indique-t-elle. “C’est du en même temps qui n’est pas heureux sur ces sujets-là”.

Quant aux déclarations d’Emmanuel Macron, se disant mercredi soir “inattaquable” sur la lutte contre les violences faites aux femmes et sur l’égalité femmes-hommes, grandes causes de son quinquennat, elles sont “hors de propos”, ajoute Louise Delavier.

Certes, “des choses ont été faites” depuis 2017, salue la militante féministe, mais “il y a encore énormément à accomplir : le nombre de féminicides ne diminue pas, des violences continuent d’être dénoncées chaque jour, des structures ferment alors qu’elles sont parfois les seules sur un territoire à pouvoir assurer la mise en sécurité et l’hébergement de femmes”.

Suzy Rojtman, porte-parole du collectif national pour les droits des femmes, ne cache pas, elle aussi, sa désillusion : avec “le président, c’est un pas en avant, cinq pas en arrière”.





Source

RESIST CAEN
Author: RESIST CAEN

Autres articles

RESIST – NORMANDIE
Défilement vers le haut