Je participe à ce collectif !

Pour vous inscrire au collectif et ainsi participer à l’aventure… Inscrivez-vous via ce formulaire…

N.B : Les données enregistrées ne sont utilisées que pour vous contacter… Elles sont stockées sur une interface d’hébergement personnelle (hébergeur mutualisé). Elle sont donc sécurisées le plus possible…Et difficilement “piratables”…

Cette information sera masquée du public
Obligatoire, car c'est ce qui vous identifie sur le réseau à la place de votre nom
Non obligatoire mais important pour vous mettre en relation
Sous la forme : 20, Rue Machin Bidule , 14000 CAEN
Pour vous contacter et former le réseau. Vous serez informé du lancement du collectif et des actions locales. Cette information sera masquée du public. Seul un formulaire de contact permettra de vous contacter publiquement.
Recevoir la newsletter ?

Retrouvez-nous aussi sur :

LA PROCUREURE GÉNÉRALE DES ÎLES VIERGES EST LICENCIÉE TROIS JOURS APRÈS AVOIR POURSUIVI JPMORGAN AU SUJET DE EPSTEIN

Partagez cette page sur : 


Vues : 2

Source : geopolitique-profonde.com – 5 janvier 2023

https://geopolitique-profonde.com/articles/la-procureure-generale-des-iles-vierges-est-licenciee-trois-jours-apres-avoir-poursuivi-jpmorgan-au-sujet-de-epstein

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Denise George, procureure générale des îles Vierges américaines, a intenté une action en justice contre JPMorgan pour avoir prétendument tiré des avantages financiers de l’opération de trafic sexuel de Jeffrey Epstein – cela moins d’un mois après que George ait obtenu un règlement de 105 millions de dollars avec la succession d’Epstein, qui a accepté de liquider les îles d’Epstein et de cesser toute activité commerciale dans la région.

Denise George

Trois jours plus tard, George est au chômage, après que le gouverneur Albert A. Bryan Jr. l’a licenciée pour avoir prétendument intenté une action contre JPMorgan sans son autorisation.

Selon la plainte, pendant « plus d’une décennie, JPMorgan savait clairement qu’elle ne se conformait pas aux réglementations fédérales en ce qui concerne les comptes liés à Epstein, comme en témoignent ses efforts, après l’arrestation d’Epstein, lorsque JPMorgan s’est tardivement conformée à la loi fédérale« .

JPMorgan Sued By Virgin Islands Over Jeffrey Epstein’s Alleged Sex-Trafficking Operation https://t.co/d8tH2eytdE— zerohedge (@zerohedge) December 29, 2022

Le procès contre JPMorgan / Chase bank n’était pas l’unique objectif des poursuite de George envers les restes du réseau de conspirateurs d’Epstein. Bien que Little St. James (« Pedo Island ») et son île adjacente appartenant à la succession d’Epstein aient été mis en vente en mars 2022, les mesures prises par George ont empêché toute vente de se réaliser.

Agissant en sa qualité de procureur général des îles Vierges américaines, elle a posé des restrictions pour activité criminelle sur les îles, suite au procès civil pour racket intenté en 2020 après la « mort » d’Epstein en août 2019.

Le procès alléguait que l’île Little St. James était utilisée comme partie d’un réseau de sociétés fictives qu’Epstein manipulait pour dissimuler les activités de son réseau de trafic d’êtres humains.

Harvey Weinstein, Jeffrey Esptein et Ghislaine Maxwell

Cependant, ce procès a été réglé entre la succession d’Epstein et le bureau de George au début du mois de décembre 2022. Selon l’accord, la succession d’Epstein paierait plus de 105 millions de dollars au gouvernement des îles Vierges américaines à titre de restitution.

Outre cette somme, les restrictions empêchant la vente des îles d’Epstein sont levées à la condition que la moitié du produit de la vente soit également versée aux îles Vierges américaines par le biais d’un trust qu’elles ont ouvert afin d’affecter l’argent au financement de programmes gouvernementaux de lutte contre les abus sexuels sur l’archipel.

« Cet accord rétablit la confiance du peuple des îles Vierges dans le fait que ses lois seront appliquées, sans crainte ni faveur, contre ceux qui les enfreignent. Nous envoyons un message clair selon lequel les Îles Vierges ne serviront pas de refuge à la traite des êtres humains« , a déclaré la procureure générale George à l’annonce de l’accord, dans l’un de ses derniers actes avant son licenciement.

Malgré la résolution de l’affaire des îles Vierges américaines contre les actifs détenus par la succession Epstein, des questions subsistent sur ses opérations dans la juridiction de George.

Southern Country International, une banque mystérieuse

L’une des plus mystérieuses et peut-être la plus importante à examiner parmi ces société- écrans, Southern Country International, a été la première banque opérant à l’échelle internationale à être ouverte dans les îles Vierges américaines par Epstein en 2014.

La banque a été ouverte lorsque John Percy de Jongh Jr. était gouverneur du territoire.

Au cours de son mandat, M. de Jongh a nommé l’actuel gouverneur Albert A. Bryan Jr. au poste de commissaire du département du travail des îles Vierges américaines.

Bien qu’elle n’ait pas eu beaucoup d’activité dans ses livres, Southern Country International a renouvelé sa licence avec les îles Vierges américaines cinq fois avant la disparition présumée d’Epstein.

Au moment de la mort d’Epstein, sa banque basée dans les îles Vierges avait moins de 700 000 dollars d’actifs. Cependant, en décembre 2019, quelques mois après son prétendu suicide, la succession d’Epstein a transféré la somme énorme de 15,5 millions de dollars dans Southern Country International.

En moins d’un mois, les actifs de la banque ont diminué à moins de 500 000 dollars.

Mark Epstein, le frère de Jeffrey et exécuteur testamentaire, a déclaré que la banque avait été utilisée pour payer les dettes existantes des actifs qu’il contrôlait. Bien que la banque n’ait pas été explicitement mentionnée dans le communiqué de presse sur le règlement de décembre, cette annonce détaille l’action des îles Vierges contre Southern Trust Company, une société holding qui regroupe un grand nombre d’entreprises appartenant à Epstein et liées à Southern Country International.

Il n’est pas clair si l’activité posthume menée par l’opération bancaire d’Epstein dans les îles Vierges est liée aux allégations faites dans le procès de George contre JPMorgan / Chase.

Suite à son licenciement, l’assistante du procureur général Carol Thomas-Jacobs a été nommée à un poste intérimaire pour occuper le siège vacant de George. Par ailleurs, la liste de plaignants qui ont engagé des actions contre des banques de grande envergure concernant leurs comptes avec Epstein s’allonge.

Avant le départ de George, plusieurs recours collectifs ont été déposés contre JPMorgan Chase et Deutsche Bank, alléguant que chaque institution a sciemment profité de l’activité criminelle d’Epstein.

Ces poursuites ont coïncidé avec une autre plainte déposée contre Leon Black, associé d’Epstein, le milliardaire qui était auparavant PDG d’Apollo Global Management avant que sa relation avec le pédophile ne le propulse sous les projecteurs.

La plainte civile contre Black allègue que le financier en disgrâce a violé la plaignante en 2002 dans un manoir appartenant à Epstein.

Un porte-parole de Black a déclaré à Forbes que les allégations faites contre son client étaient « catégoriquement » fausses. La réponse de Black à Forbes fait suite à une réponse similaire de la Deutsche Bank, qui a déclaré à la publication que le procès intenté contre elle « n’était pas fondé ».

Malgré l’ampleur de ces poursuites, la gravité de la plainte de George contre JPMorgan Chase a sûrement fait le plus grand remous dans les eaux stagnantes du cloaque de la débâcle Epstein.

Cependant, le licenciement de Denise George laisse peu d’espoir que les vagues causées par son dernier acte en tant que procureur général ramènent la vérité sur le rivage.

Pour en savoir plus sur les ennemis globaliste, regardez l’entretien avec Pierre-Antoine Plaquevent :





Source

RESIST CAEN
Author: RESIST CAEN

Autres articles

RESIST – NORMANDIE
Défilement vers le haut