Je participe à ce collectif !

Pour vous inscrire au collectif et ainsi participer à l’aventure… Inscrivez-vous via ce formulaire…

N.B : Les données enregistrées ne sont utilisées que pour vous contacter… Elles sont stockées sur une interface d’hébergement personnelle (hébergeur mutualisé). Elle sont donc sécurisées le plus possible…Et difficilement “piratables”…

Cette information sera masquée du public
Obligatoire, car c'est ce qui vous identifie sur le réseau à la place de votre nom
Non obligatoire mais important pour vous mettre en relation
Sous la forme : 20, Rue Machin Bidule , 14000 CAEN
Pour vous contacter et former le réseau. Vous serez informé du lancement du collectif et des actions locales. Cette information sera masquée du public. Seul un formulaire de contact permettra de vous contacter publiquement.
Recevoir la newsletter ?

Retrouvez-nous aussi sur :

Le livre de route américain en Afghanistan: pas de bon augure pour l’Ukraine

Partagez cette page sur : 


Vues : 9

Source : globaltimes.cn – 26 décembre 2022 – Nebojsa Malic

https://www.globaltimes.cn/page/202212/1282661.shtml

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Juste avant de se séparer pour les vacances de Noël, le Congrès américain a adopté un programme d’aide” de 45 milliards de dollars pour l’Ukraine. 

Avant le discours de Zelensky mercredi, le président américain Joe Biden a annoncé que 2,2 milliards de dollars supplémentaires seraient immédiatement versés à Kiev, principalement sous forme d’armes et de munitions. Cette somme comprend une seule batterie de missiles de défense aérienne “Patriot”, la dernière “arme miracle” de l’Occident censée, d’une manière ou d’une autre, renverser le cours de la guerre. 

Le secrétaire d’État Antony Blinken a fait un aveu accablant jeudi, en déclarant que le retrait américain d’Afghanistan – en août 2021 – a facilité l’aide à l’Ukraine. Le chef de la commission des relations étrangères de la Douma russe, Konstantin Kosachev, a interprété cette déclaration comme signifiant que les États-Unis “ont fui l’Afghanistan pour se libérer la main et préparer la guerre” en Ukraine, remerciant Blinken pour sa sincérité. 

Rien de tout cela n’aurait beaucoup d’importance si la stratégie occidentale fonctionnait réellement. Mais les faits et les chiffres indiquent que ce n’est pas le cas. C’est plutôt le contraire, en fait. Les sanctions n’ont pas eu l’effet escompté sur la Russie, mais ont fini par affaiblir les économies des alliés de l’Amérique en Europe. Les milliards brûlés pour financer Kiev ont peut-être rempli les poches de quelques entrepreneurs militaires, mais ils ont finalement nui à l’économie américaine globale dont ils ont été extraits.

Les industries militaires occidentales ne se sont pas non plus révélées capables de faire face à une guerre conventionnelle soutenue. Si les chiffres récemment rapportés par les médias américains sont corrects, l’Occident peut fabriquer jusqu’à 40 000 cartouches d’artillerie pour obusiers de 155 mm par mois, soit la quantité que les Ukrainiens dépensent en une semaine environ.

De nombreuses armées de l’OTAN sont presque à court de ressources. La mise en place de nouvelles lignes de production est plus facile à dire qu’à faire. 

On dit que la définition de la folie est de continuer à faire la même chose et de s’attendre à un résultat différent. Les États-Unis ont, en fait, adopté la même approche à Kiev qu’à Kaboul : payer l’ensemble de l’armée et la majeure partie du gouvernement et les soutenir en tant que mandataires. Sauf que ce conflit est bien plus intense. Washington a déjà engagé plus d’argent en Ukraine rien que cette année que ce qu’il avait dépensé pour l’armée afghane en 20 ans. 

L’idée ici était peut-être de blesser mortellement la Russie en se battant “jusqu’au dernier Ukrainien”, mais il semble bien que ce soit quelqu’un d’autre qui se vide de son sang ici.

“La seule façon de comprendre l’accueil réservé à Zelensky au Congrès est de reconnaître que les dirigeants américains voulaient une guerre contre la Russie et que celle-ci est parfaite parce que l’Amérique peut en mener une et épuiser la Russie sans même subir le coût intérieur de la perte de soldats américains”, a commenté Max Abrahms, professeur de sécurité internationale.

De nombreux responsables américains l’ont ouvertement admis. Leur raisonnement se fonde sur un récit de la manière dont les États-Unis ont “gagné” la guerre froide, qui a pris racine dans les années 1990, à savoir que le président Ronald Reagan a ruiné l’Union soviétique en la forçant à s’engager dans une coûteuse course aux armements. 

Pour résumer le point de vue de Washington, couper la Russie de l’Occident par des sanctions tout en bourrant l’Ukraine d’armes et de munitions garantira que Moscou perdra la guerre et poussera les Russes “libéraux” à renverser le régime actuel – afin que l’Occident puisse ensuite se concentrer sur la confrontation avec la Chine.

Cette réalité n’a pas échappé à Moscou. Selon les estimations du ministère russe de la défense, les États-Unis et leurs alliés ont jusqu’à présent envoyé pour 97 milliards de dollars d’armes, d’équipements et de munitions au gouvernement de Kiev. Au fond, seule l’acceptation par la Russie de la fiction de plus en plus invraisemblable selon laquelle les États-Unis et l’OTAN ne sont pas parties au conflit s’interpose entre la planète et une guerre plus large.

En réalité, les États-Unis “investissent” pour faire de l’Ukraine une plateforme anti-russe depuis les années 1990. La “révolution orange” de 2004 a abouti à un gouvernement si corrompu que les Ukrainiens l’ont évincé à la première occasion. Il a fallu le coup d’État de Maidan en 2014 et l’intervention personnelle de Victoria Nuland comme “sage-femme” du nouveau gouvernement – avec la participation de Biden – pour mettre l’Ukraine sur cette nouvelle voie. Depuis lors, les États-Unis fournissent à Kiev des armes et des formations, et ont intensifié leur action après que Biden a prêté serment en tant que président – bien avant la soi-disant “invasion non provoquée”.





Source

RESIST CAEN
Author: RESIST CAEN

Autres articles

RESIST – NORMANDIE
Défilement vers le haut