Je participe à ce collectif !

Pour vous inscrire au collectif et ainsi participer à l’aventure… Inscrivez-vous via ce formulaire…

N.B : Les données enregistrées ne sont utilisées que pour vous contacter… Elles sont stockées sur une interface d’hébergement personnelle (hébergeur mutualisé). Elle sont donc sécurisées le plus possible…Et difficilement “piratables”…

Cette information sera masquée du public
Obligatoire, car c'est ce qui vous identifie sur le réseau à la place de votre nom
Non obligatoire mais important pour vous mettre en relation
Sous la forme : 20, Rue Machin Bidule , 14000 CAEN
Pour vous contacter et former le réseau. Vous serez informé du lancement du collectif et des actions locales. Cette information sera masquée du public. Seul un formulaire de contact permettra de vous contacter publiquement.
Recevoir la newsletter ?

Retrouvez-nous aussi sur :

Les nouvelles frontières de la pensée en France dictées par Israël

Partagez cette page sur : 


Plongez dans l’analyse percutante de Mohamed El Bachir sur l’influence du sionisme en politique étrangère française.

par Mohamed El Bachir

 « Nous aussi, nous aimons la vie quand nous en avons les moyens. Nous dansons entre deux martyrs et pour le lilas entre eux, nous dressons un minaret ou un palmier ». Mahmoud Darwich, « La terre nous est étroite et autres poèmes ». Poésie/ Galimard. Page 227.

L’État français sous tutelle du sionisme

Le 20 février 2019, lors du 34ème dîner organisé par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), le chef de l’État français, E. Macron s’est engagé à intégrer dans les textes de référence une nouvelle « définition de l’antisémitisme élargie à l’antisionisme» tout en affirmant que : « l’antisionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme ».

Un an avant, le 7 mars 2018, dans les mêmes circonstances, E. Macron avait déjà souligné l’engagement de l’État français contre l’antisémitisme non sans déclarer que : « la sécurité de notre allié israélien est une priorité absolue, elle n’est pas négociable, je le répète ici clairement avec la plus grande fermeté ».

Au 37ème dîner, c’est le Premier ministre J. Castex qui, au nom du président retenu à Bruxelles, engagea l’État français à bafouer le Droit international en annonçant que « Jérusalem est la capitale éternelle du peuple juif. Je n’ai jamais cessé de le dire ».

Le 8 février 2012, l’ancien président N. Sarkosy avait tracé la nouvelle politique internationale de la France en déclarant « la France ne transigera pas avec la sécurité d’Israël, parce qu’Israël c’est un miracle»

Et sous la présidence de F. Hollande ? Les liens entre le parti socialiste et le sionisme politique rendent tout commentaire superfétatoire !

De toute évidence, les différents dirigeants cités n’ont pas tenu compte de l’avertissement énoncé en 2003 par le président Chirac en des termes sans équivoque :

« il y a dix ans, je fêtais avec vous le demi-siècle du CRIF, et tous, nous étions alors animés d’un formidable espoir. C’était au lendemain des accords d’Oslo. Aujourd’hui, l’espérance a laissé la place au désarroi. Et il est difficile, dix ans après, de parler de cette cruelle impasse dans laquelle chacun s’est peu à peu tragiquement enfermé ».

Au contraire, l’État français a relégué la question palestinienne au second plan en se soumettant à l’impérialisme israélo-états-unien. Soumission jusqu’au point de devenir, aujourd’hui, complice de l’État d’Israël. E. Macron télégraphiste de B. Netanyahou ? Par exemple, en envoyant l’ancien ministre des Affaires étrangères, J.Y. Le Drian secondé par le directeur général de la sécurité extérieure (DGSE), Bernard Emié, pour faire pression sur le gouvernement libanais. Leur mission ? Créer une zone tampon au sud du Liban entre la ligne du Litani et la ligne bleue. Démilitariser le sud du Liban afin de rassurer les habitants israéliens des colonies limitrophes du Liban… Et jouer le gendarme d’Israël dans la mer Rouge au côté de l’impérialisme états-unien.

Le « miracle Israël » : coloniser la terre et expulser l’autochtone

Afin qu’Israël soit l’éternelle victime, il est nécessaire de commencer par introduire dans le langage et puis dans la loi de nouveaux «concepts». Entre autres, antisémitisme et antisionisme doivent traduire la même signification, à savoir, le rejet du juif… Il va de soi que la population européenne et française, en particulier, est malléable sur cette question au regard de ce qu’a subi la population juive en Europe. Pogroms… camps de concentration, chambres à gaz sous le nazisme avec la collaboration de Vichy… La Chambre des représentants des États-Unis, début décembre 2023, a franchi le pas en approuvant une résolution établissant que l’antisionisme est de l’antisémitisme…

Pourtant, quelques définitions suffisent pour lever toute ambiguïté :

  • Antisémitisme : racisme envers le sémite réduit à racisme envers le juif.
  • Sionisme politique : « le sionisme politique aspire à la création, en Palestine, pour le peuple juif d’un foyer garanti par le droit public… » (Congrès de Bâle : 1897).

Une aspiration devenue réalité à partir de la déclaration du ministre des Affaires étrangères de l’Angleterre, puissance occupante de la Palestine. Que propose la déclaration du ministre Lord Balfour (1917) ?

« Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement d’un foyer national pour les Juifs et fera tous les efforts possibles en vue de faciliter la réalisation de cet objectif, étant bien entendu que rien ne sera entrepris qui puisse causer un préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives existant en Palestine ou aux droits et au statut politiques dont jouissent les juifs dans n’importe quel autre pays ».[7]

« Le miracle » sioniste : l’enfer pour le peuple palestinien

Cette déclaration contient en elle une contradiction pour ne pas dire une aberration puisque la population autochtone concernée et à qui on ne veut pas causer de préjudice, n’a pas été consultée. Bref, le sionisme politique n’est rien d’autre qu’un colonialisme dont la particularité par rapport à l’apartheid et aux colonialismes classiques est la suivante : coloniser la terre en déracinant l’autochtone. Arthur Koestler, sioniste de la première heure et compagnon de l’extrémiste sioniste Vladimir Jabotinsky, définit la déclaration Balfour dans son livre «Analyse d’un miracle» comme étant « un document par lequel une première nation promettait solennellement à une deuxième nation le pays d’une troisième nation ».

Les conséquences sont évidentes. Les puissances coloniales aidèrent le mouvement sioniste pour organiser l’immigration des juifs d’Europe et leur implantation en Palestine. Ce qui entraîna, évidemment, des révoltes de la population palestinienne à majorité paysanne avec son point culminant : le soulèvement de 1936-1939 sous le commandement de Hajj Amin et Azzedine Kassem. Elle fut réprimée dans le sang par l’armée britannique avec l’aide des forces militaires sionistes dont la milice Haganah. Hajj Amin fut exilé par la puissance mandataire. A. Kassem fut assassiné durant le soulèvement palestinien. Et aujourd’hui, l’une des forces de la Résistance palestinienne à Gaza porte le nom de Azzedine Kassem…

En Cisjordanie, à Gaza, le sionisme continue son œuvre de déracinement et d’effacement d’un peuple de sa terre… Avec cynisme mais avec lucidité, A. Koestler décrit Israël comme « un phénomène historique aberrant. C’est une espèce de monstre à la Frankestein, conçu sur bleus d’architectes et couvé dans les laboratoires de la diplomatie…Il existe en fin de compte grâce à un fait accompli dont la population indigène est la victime ».[8]

Un monstre à la Frankenstein que l’impérialisme occidental, les Monarchies du Golfe et les États signataires des Accords d’Abraham alimentent. Convergence stratégique : l’Iran et la résistance arabe dont le Hezbollah est le fer de lance sont en ligne de mire… Et l’avènement du royaume d’Israël ne peut advenir sans l’effacement politique du peuple palestinien. Au Moyen-Orient, le passé est toujours présent…

Chères lectrices, chers lecteurs,

Soyez acteur du changement en soutenant un journalisme véritablement indépendant et de qualité en vous abonnant à notre média financé par les dons de personnes comme vous.

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous



Source

RESIST CAEN
Author: RESIST CAEN

Autres articles

RESIST – NORMANDIE
Défilement vers le haut