Je participe à ce collectif !

Pour vous inscrire au collectif et ainsi participer à l’aventure… Inscrivez-vous via ce formulaire…

N.B : Les données enregistrées ne sont utilisées que pour vous contacter… Elles sont stockées sur une interface d’hébergement personnelle (hébergeur mutualisé). Elle sont donc sécurisées le plus possible…Et difficilement “piratables”…

Cette information sera masquée du public
Obligatoire, car c'est ce qui vous identifie sur le réseau à la place de votre nom
Non obligatoire mais important pour vous mettre en relation
Sous la forme : 20, Rue Machin Bidule , 14000 CAEN
Pour vous contacter et former le réseau. Vous serez informé du lancement du collectif et des actions locales. Cette information sera masquée du public. Seul un formulaire de contact permettra de vous contacter publiquement.
Recevoir la newsletter ?

Retrouvez-nous aussi sur :

Pékin impose une modération drastique des commentaires en ligne – Le Courrier des Stratèges

Partagez cette page sur : 


Plus de 1.000 personnes qui ont critiqué la politique du gouvernement chinois dans la gestion de la pandémie du covid-19 ont vu leurs comptes de médias sociaux suspendus ou fermés. En vue de préserver la « sécurité nationale », les autorités ont toujours imposé des limites concernant la liberté d’expression. Le responsable de la célèbre plateforme Sina Weibo a déclaré avoir interdit temporairement ou définitivement 1120 comptes.


Durant les trois années de l’application de la stratégie très stricte du zéro covid dans l’empire du Milieu, frustrés et en colère, les Chinois ont essayé de trouver un moyen pour contester les mesures adoptées par l’Etat. Ils ont alors créé des groupes sur les réseaux sociaux comme WeChat. Ils s’exprimaient et communiquaient à travers cette plateforme, mais rapidement censurée par le parti. Depuis la « réouverture », les entreprises médiatiques et les médias sociaux en Chine ont fait toujours l’objet de censure sévère. La seule source d’informations disponible reste le canal officiel du gouvernement de Shanghai sur Weibo, qui fonctionne de manière similaire à Twitter. Son contenu est évidemment géré par les autorités chinoises. Beaucoup de Chinois sont sceptiques quant à sa fiabilité.

Plus de 1000 comptes suspendus pour violation de règles

La manière dont les autorités chinoises gèrent la pandémie du Covid-19 continue à faire l’objet de critiques. Nombreux Chinois ont fait part de leur frustration et de leur colère. Les réseaux sociaux sont  vite inondés de commentaires critiques, mais rapidement censurés par le parti. Face au mécontentement croissant, le Parti communiste a mis en garde les auteurs.  

La populaire plateforme de médias sociaux Sina Weibo a déclaré avoir traité 12 854 violations, notamment des attaques contre des experts, des universitaires et des travailleurs médicaux, et avoir interdit temporairement ou définitivement 1 120 comptes.

En réalité, ces critiques concernent l’application des confinements drastiques, les restrictions de voyage et les difficultés d’accès à la nourriture et aux soins médicaux durant le confinement.

En effet, en raison des restrictions, la qualité de vie des habitants n’a cessé de se dégrader. Ces restrictions sévères imposées par l’Exécutif chinois n’ont fait qu’accroître le mécontentement de la population.

Jeudi, Sina Weibo a déclaré que l’entreprise continuera à mener des enquêtes et à supprimer tout contenu illégal. Son objectif dans cette démarche, c’est de « créer un environnement communautaire harmonieux et amical pour la majorité des utilisateurs ». L’Administration du cyberespace a ajouté qu’il contribuait à « protéger la sécurité nationale, l’intérêt public et les citoyens ». Les mises en garde restent présentes dans les espaces publics, où des messages très clairs sont affichés sur des écrans: “surveillez votre langage ou faites face à une punition sévère”, “n’exprimez pas en ligne des opinions en lien avec la pandémie”.

De nouveaux changements annoncés

Depuis le début du mois de décembre 2022, les autorités chinoises ont décidé d’assouplir les règles. Les troubles qui se produits dans plusieurs grandes villes ont poussé Pékin à prendre cette décision. De nouveaux changements ont été aussi adoptés d’après un avis publié par 5 départements gouvernementaux samedi denier.

Désormais, aucune poursuite pénale ne sera engagée contre les personnes qui n’ont pas respecté les règles de quarantaine aux frontières. Dans cet avis, on annonce aussi la libération les personnes en détention suite aux manifestations et la restitution des biens saisit.

Actuellement, le nombre de vols internationaux est toujours réduit en Chine. Vendredi, le ministère des Transports a recommandé la réduction des déplacements et des rassemblements, surtout pour les personnes âgées et les personnes vulnérables comme les femmes enceintes et les enfants en bas âge. Lors d’un point de presse, le vice-ministre Xu Chengguang a aussi déclaré que le port des masques est recommandé dans les transports publics.

Autrement dit, la Chine impose toujours différentes règles visant à réduire la propagation de la pandémie et à protéger les personnes vulnérables ou immunodéprimées. Toutefois, elle continue à aller de l’avant. La fin des quarantaines obligatoires des personnes qui proviennent de l’étranger va par exemple entrer en vigueur. Les tests de masse ont été aussi supprimés.

Notons que les nouveaux de cas d’infection au covid-19 ont beaucoup augmenté en Chine depuis l’application de ces changements majeurs dans la gestion de la pandémie. Samedi, 10.681 nouvelles contaminations ont été signalées. Au total, la Chine compte 482.057 personnes diagnostiquées positives au Covid-19.

Plusieurs pays du monde ont décidé de soumettre les voyageurs chinois à des tests de dépistage obligatoires, tandis que d’autres ont décidé de contrôler les eaux usées des avions  en provenance de la Chine par précaution. Selon l’OMS (Organisation mondiale de la santé), la surveillance des mutations virales a été renforcée. Pour Pékin, ces nouvelles mesures adoptées sont discriminatoires. La porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Mao Ning, a déclaré lors d’une conférence de presse à Pékin que les mesures antivirus devaient être « fondées sur la science et proportionnées ».





Source

RESIST CAEN
Author: RESIST CAEN

Autres articles

RESIST – NORMANDIE
Défilement vers le haut