Je participe à ce collectif !

Pour vous inscrire au collectif et ainsi participer à l’aventure… Inscrivez-vous via ce formulaire…

N.B : Les données enregistrées ne sont utilisées que pour vous contacter… Elles sont stockées sur une interface d’hébergement personnelle (hébergeur mutualisé). Elle sont donc sécurisées le plus possible…Et difficilement “piratables”…

Cette information sera masquée du public
Obligatoire, car c'est ce qui vous identifie sur le réseau à la place de votre nom
Non obligatoire mais important pour vous mettre en relation
Sous la forme : 20, Rue Machin Bidule , 14000 CAEN
Pour vous contacter et former le réseau. Vous serez informé du lancement du collectif et des actions locales. Cette information sera masquée du public. Seul un formulaire de contact permettra de vous contacter publiquement.
Recevoir la newsletter ?

Retrouvez-nous aussi sur :

Le mois de mars connaît un excédent pluviométrique de près de 85% en France

Partagez cette page sur : 


Avec des précipitations très abondantes en ce mois de mars, Météo France note ce mercredi 3 avril que le pays a connu un excédent pluviométrique de près de 85%. Il reste cependant un net déficit pour les départements de l’Aude ainsi que des Pyrénées-Orientales qui constituent l’exception. 

L’organisme public note que « en mars 2024, les précipitations ont été abondantes sur l’ensemble du territoire, plus particulièrement des Cévennes à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur où de nombreux records de pluviométrie ont été enregistrés ».  

Tout en se basant sur la période de référence 1991-2020, Météo France annonce que « à l’échelle nationale, l’excédent pluviométrique atteint environ 85% ». Il s’agit en cela du « 5e mois de mars le plus arrosé depuis le début des mesures en 1958 (derrière 2001, 1979, 1978 et 2006) ».  

Différents départements de France ont été marqués par des intempéries et des crues au cours du précédemment mois. Nous pouvons mentionner à ce titre le Gard et l’Hérault, et plus récemment les terribles inondations en Indre-et-Loire ou en Bourgogne. Un record s’établit aussi à Nîmes, avec 250,4mm de pluie sur le mois.  

Ces importantes précipitations n’ont cependant pas touché uniformément le territoire. Des disparités apparaissent, comme le souligne le service météorologique. « L’Aude et les Pyrénées-Orientales présentent un déficit de pluviométrie atteignant 50% par endroits ».  

Seuls 31mm de pluie sont comptabilisés à Perpignan ou encore 40mm à Carcassonne, ce que Météo-France relève comme étant un épisode de grande douceur pour le mois de mars, associé à des températures clémentes. En effet, ces précipitations représentent « à peine la moitié de la normale d’un mois de mars ».  

Le retour de cette pluie coïncide avec le réveil de la végétation. Les végétaux ont besoin d’eau, ce qui participe à la reprise végétative. Cependant, l’excès d’eau provoque des effets de coulure et favorise le développement des maladies chez les végétaux. » Il ne faut pas oublier que seules 20 à 23% des précipitations annuelles parviennent à s’infiltrer en profondeur pour reconstituer ces nappes sur le territoire. 





Source

RESIST CAEN
Author: RESIST CAEN

Autres articles

RESIST – NORMANDIE
Défilement vers le haut