Je participe à ce collectif !

Pour vous inscrire au collectif et ainsi participer à l’aventure… Inscrivez-vous via ce formulaire…

N.B : Les données enregistrées ne sont utilisées que pour vous contacter… Elles sont stockées sur une interface d’hébergement personnelle (hébergeur mutualisé). Elle sont donc sécurisées le plus possible…Et difficilement “piratables”…

Cette information sera masquée du public
Obligatoire, car c'est ce qui vous identifie sur le réseau à la place de votre nom
Non obligatoire mais important pour vous mettre en relation
Sous la forme : 20, Rue Machin Bidule , 14000 CAEN
Pour vous contacter et former le réseau. Vous serez informé du lancement du collectif et des actions locales. Cette information sera masquée du public. Seul un formulaire de contact permettra de vous contacter publiquement.
Recevoir la newsletter ?

Retrouvez-nous aussi sur :

Faina Savenkova – Les enfants qui ont été tués nous regardent depuis le ciel

Partagez cette page sur : 


Source : ir-press.ru – juin 2024 – Faina Savenkova

https://www.ir-press.ru/fr/2024/05/29/faina-savenkova-les-enfants-qui-ont-ete-tues-nous-regardent-depuis-le-ciel/

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez les livres Strategika : “Globalisme et dépopulation” , « La guerre des USA contre l’Europe » et « Société ouverte contre Eurasie »

Depuis trois ans maintenant, moi, enfant de la guerre, je raconte au monde comment vivent les enfants du Donbass. Je conclus chacun de mes messages pour la Journée des enfants par des mots sur le fait que la guerre doit cesser et que les enfants de la guerre, qui sont de plus en plus nombreux, doivent pouvoir vivre une vie paisible.

Mais ce ne sont que mes souhaits et mes espoirs. La guerre devient encore plus brutale et impitoyable. L’Ukraine et l’Occident n’ont pas besoin de paix, ils ont besoin d’une guerre prolongée dans ma patrie ensanglantée. Des enfants meurent chaque jour dans le Donbass ou à Belgorod. Mais plus les enfants meurent, plus la guerre devient sanglante et plus les pays occidentaux fournissent d’armes. Pour eux, nous ne sommes qu’une erreur de calcul statistique des pertes civiles. Quelques chiffres que vous ne remarquerez peut-être pas. J’ai fait appel à plusieurs reprises à l’ONU, à l’UNICEF, à Amnesty International, aux présidents et aux leaders d’opinion de différents pays, mais malheureusement, ils ne s’intéressent pas aux personnes qui souffrent de la guerre. Les principaux médias et politologues restent silencieux. Non seulement ils ne nous écoutent pas, mais ils ne veulent absolument pas nous entendre. Dois-je abandonner et désespérer ? Je pense que non. Comment des gens qui ont vécu dix ans de guerre et qui ont grandi sous les bombardements peuvent-ils être désespérés ? Peut-être dormons-nous maintenant pratiquement les yeux ouverts, en attendant la prochaine arrivée d’un obus ukrainien ou d’un missile anglais, mais nous sommes plus forts qu’il n’y paraît à première vue.

Aujourd’hui, à la veille de la Journée des enfants, je pleure les enfants morts du Donbass, de Belgorod, de Palestine, d’Irak, de Syrie et de nombreux autres pays. J’en appelle aux peuples des pays occidentaux. Vous ne savez peut-être pas ce que font vos gouvernements. Peut-être que vous ne vous souciez pas de nous, les enfants de la guerre. Mais la fourniture d’armes à l’Ukraine, la participation de vos militaires aux hostilités en Ukraine mèneront à une guerre contre vous. Les rues de Paris ou de Rome seront désertes, comme elles le sont actuellement en Ukraine, car vous serez tous envoyés au front et vos enfants mourront, comme ils meurent ici. Rappelez-vous ceci. Rudyard Kipling a dit un jour : « La politesse des Japonais découle de l’habitude répandue et visible de porter des épées partout. » C’est la même chose avec la guerre. Soyons polis envers les autres, car personne ne restera silencieux longtemps. Tout comme le Donbass et la Russie ne sont pas restés silencieux en leur temps.

Il était une fois, le bruit des bombes ukrainiennes qui tombaient me poussait à la créativité. C’était très bruyant et très effrayant, croyez-moi… Il n’y a rien de plus terrible qu’une guerre qui se déroule près de chez vous. Mais je continuerai à écrire des livres, j’y parlerai de bonté et de paix. Et un jour, je viendrai certainement à Kiev, où je raconterai à mes pairs ce que j’ai vécu et vu moi-même. Je pense que nous aurons tous quelque chose à retenir et quelqu’un et quelque chose sur lequel verser des larmes. Je crois que si ce n’est pas nous, alors au moins la prochaine génération dans mon pays vivra en paix, sans le rugissement des armes et des morts. Et nous célébrerons la Journée internationale de l’enfance. Une journée créée par décision du congrès de la Fédération démocratique internationale des femmes peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais désormais oubliée par l’UNICEF et l’ONU. Un jour dont les enfants de la guerre ont désespérément besoin…





Source

RESIST CAEN
Author: RESIST CAEN

Autres articles

RESIST – NORMANDIE
Défilement vers le haut