Je participe à ce collectif !

Pour vous inscrire au collectif et ainsi participer à l’aventure… Inscrivez-vous via ce formulaire…

N.B : Les données enregistrées ne sont utilisées que pour vous contacter… Elles sont stockées sur une interface d’hébergement personnelle (hébergeur mutualisé). Elle sont donc sécurisées le plus possible…Et difficilement “piratables”…

Cette information sera masquée du public
Obligatoire, car c'est ce qui vous identifie sur le réseau à la place de votre nom
Non obligatoire mais important pour vous mettre en relation
Sous la forme : 20, Rue Machin Bidule , 14000 CAEN
Pour vous contacter et former le réseau. Vous serez informé du lancement du collectif et des actions locales. Cette information sera masquée du public. Seul un formulaire de contact permettra de vous contacter publiquement.
Recevoir la newsletter ?

Retrouvez-nous aussi sur :

Noble intention ou manœuvre politique ?

Partagez cette page sur : 


Mélodie Feron interpelle Olivier Véran sur son indifférence envers les femmes souffrant d’effets secondaires liés à la vaccination COVID-19.

Olivier Véran, le « super-menteur » qui a dit tout et son contraire pendant la « crise Covid » annonce, dans son entrevue accordée au Parisien, son retour à ses activités de médecin, une journée par semaine. Cette décision marque un tournant dans la trajectoire de l’ancien ministre de la Santé et porte-parole du gouvernement, qui a quitté ses fonctions lors du dernier remaniement ministériel pour réintégrer l’Assemblée nationale. Une noble intention, sans doute. Mais pour les femmes qui se battent depuis des années pour faire reconnaître les effets secondaires gynécologiques potentiels de la vaccination COVID-19, ces paroles sonnent creux, voire hypocrites.

Interrogé sur d’éventuels regrets quant à son passage au gouvernement, Olivier Véran a évoqué une anecdote significative : l’interpellation d’un passant dans la rue lui rappelant qu’il était passé du statut de « médecin des Français » durant la crise de la Covid-19 à celui de « porte-parole » gouvernemental. Cette réflexion l’a amené à prendre du recul, bien qu’il revendique des actions significatives, telles que son rôle dans les négociations du Ségur de la santé, la promotion de la contraception gratuite ou encore l’extension du délai légal pour l’IVG à quatorze semaines.

Vincent Hervouët, chef du service « Étranger » de LCI, a exprimé son scepticisme quant à la reprise de la pratique médicale par Olivier Véran, laissant entendre que confier sa santé au docteur Véran pourrait susciter des risques, à moins de rechercher spécifiquement un médecin légiste.

Mélodie Feron, fondatrice du collectif « Où est mon cycle ? », exprime avec force ce sentiment de désillusion dans un tweet sans concession. Elle pointe du doigt le contraste saisissant entre les paroles de Monsieur Véran et la réalité amère vécue par les femmes concernées. Alors que ces dernières se voient trop souvent balayées d’un revers de main, leurs douleurs minimisées, leurs cris d’alerte étouffés sous le poids de l’indifférence, voire du mépris, voilà que l’ex-ministre se découvre soudain une vocation pour les femmes victimes de violence.

C’est une ironie cruelle, une injustice flagrante. Le silence assourdissant qui entoure les souffrances des femmes confrontées à des effets secondaires potentiellement liés à la vaccination COVID-19 est un affront à leur dignité et à leur droit à la santé. Et lorsque ceux qui ont le pouvoir de changer les choses choisissent de détourner le regard, préférant se concentrer sur des enjeux qui leur semblent plus médiatiques, plus politiquement rentables, c’est une trahison de la confiance du public.

Monsieur Véran, nous vous demandons de regarder au-delà des chiffres et des statistiques. Nous vous demandons de reconnaître la réalité des souffrances de ces femmes, de les écouter, de leur offrir le soutien et les soins qu’elles méritent. Car la médecine ne peut être sélective, la compassion ne peut être réservée qu’à certains. Si vous vous engagez à aider les femmes victimes de violence, alors commencez par reconnaître et traiter les violences invisibles infligées à celles qui souffrent en silence.

Ensemble, exigeons une médecine véritablement équitable, une médecine qui refuse de sacrifier certaines vies au nom de la politique ou du profit. Les femmes méritent mieux que des paroles creuses et des promesses non tenues. Il est temps d’agir, Monsieur Véran, et de montrer que vous êtes vraiment à l’écoute de toutes et tous, si cela est possible. Permettez-nous d’en douter.





Source

RESIST CAEN
Author: RESIST CAEN

Autres articles

RESIST – NORMANDIE
Défilement vers le haut