Je participe à ce collectif !

Pour vous inscrire au collectif et ainsi participer à l’aventure… Inscrivez-vous via ce formulaire…

N.B : Les données enregistrées ne sont utilisées que pour vous contacter… Elles sont stockées sur une interface d’hébergement personnelle (hébergeur mutualisé). Elle sont donc sécurisées le plus possible…Et difficilement “piratables”…

Cette information sera masquée du public
Obligatoire, car c'est ce qui vous identifie sur le réseau à la place de votre nom
Non obligatoire mais important pour vous mettre en relation
Sous la forme : 20, Rue Machin Bidule , 14000 CAEN
Pour vous contacter et former le réseau. Vous serez informé du lancement du collectif et des actions locales. Cette information sera masquée du public. Seul un formulaire de contact permettra de vous contacter publiquement.
Recevoir la newsletter ?

Retrouvez-nous aussi sur :

De Vercingétorix à Macron… Jules Seyes analyse comment la trahison a façonné le paysage politique français au fil des siècles

Partagez cette page sur : 


Un reflet iconographique de « l’historiographie nationaliste du xixe siècle » : Vercingétorix jette ses armes aux pieds de Jules César, tableau de Lionel Royer, musée Crozatier du Puy-en-Velay, 1899.

« Prends-les ! Je suis brave, mais tu es plus brave encore, et tu m’as vaincu. »
VERCINGÉTORIX (vers 72-46 av. J.C.), jetant ses armes aux pieds de César, fin septembre 52 av. J.C., à Alésia

La phrase est-elle véridique ? Nous l’ignorons, les sources sont romaines et nous devons leur accorder crédit. Toujours est-il que les Romains choisissent de présenter un Vercingétorix noble et puissant. La victoire romaine sur la Gaulle fut suivie de plusieurs siècles de pax Romana. Nous connaissons tous ces deux faits, issus du fameux roman national, mais percevons-nous à quel point il pèse, aujourd’hui encore sur notre vie politique ?

Du parti de l’Espagne, 1814 : la reddition de Marmont, 1870 : le sabotage de la défense républicaine, 1940… Jamais la France n’a eu de meilleur ennemi qu’elle-même. Les deux Frances, surtout l’une d’entre elles, n’ont eu aucun scrupule à régler leurs différends sur le cadavre de l’intérêt national. Notre subordination actuelle en est l’ultime soubresaut, jusqu’au prochain rebond et bien sûr, la trahison suivante. Il convient de perpétuer ces traditions.

Commençons par le second point, le français qui cède à une puissance étrangère s’attend à être reconnu et mis en valeur, comme un quasi-héro. César n’offrit-il pas à Vercingétorix une gloire, certes posthume (Vercingétorix fut étranglé à Rome après avoir défilé chargé de chaînes), mais réelle grâce à sa guerre des Gaules.

Chères lectrices, chers lecteurs,

Soyez acteur du changement en soutenant un journalisme véritablement indépendant et de qualité en vous abonnant à notre média financé par les dons de personnes comme vous.

Accédez à des contenus exclusifs et soutenez notre indépendance

Abonnez-vous



Source

RESIST CAEN
Author: RESIST CAEN

Autres articles

RESIST – NORMANDIE
Défilement vers le haut