Je participe à ce collectif !

Pour vous inscrire au collectif et ainsi participer à l’aventure… Inscrivez-vous via ce formulaire…

N.B : Les données enregistrées ne sont utilisées que pour vous contacter… Elles sont stockées sur une interface d’hébergement personnelle (hébergeur mutualisé). Elle sont donc sécurisées le plus possible…Et difficilement “piratables”…

Cette information sera masquée du public
Obligatoire, car c'est ce qui vous identifie sur le réseau à la place de votre nom
Non obligatoire mais important pour vous mettre en relation
Sous la forme : 20, Rue Machin Bidule , 14000 CAEN
Pour vous contacter et former le réseau. Vous serez informé du lancement du collectif et des actions locales. Cette information sera masquée du public. Seul un formulaire de contact permettra de vous contacter publiquement.
Recevoir la newsletter ?

Retrouvez-nous aussi sur :

Pour info, notre page facebook a été piratée, inutile de continuer à la visiter !

Xi Jinping renforce la répression radicale contre la dissidence et maintient l’objectif du zéro Covid – Le Courrier des Stratèges

Partagez cette page sur : 


En Chine, selon The atlantic, la mort d’un dirigeant aurait toujours servi de catalyseur au déclenchement d’évènements imprévus. Le décès du Premier ministre Zhou Enlai en janvier 1976 a par exemple provoqué des mouvements populaires, accentuant les luttes entre les deux factions du Parti communiste chinois (PCC). Des manifestations ont éclaté sur la place Tiananmen contre Mao et la bande des quatre qui allaient gouverner après lui.

Les manifestants voulaient le retour de Deng Xiaoping, qui était en disgrâce. En seulement un an, ce dernier a réussi à reprendre le pouvoir suite au décès de Mao en septembre 1976 et l’arrestation de la bande des quatre.

Pendant le mandat de Deng, un autre décès allait déclencher des évènements importants qui résonnent jusqu’à présent. Il s’agit des manifestations étudiantes survenues en 1989 après le décès de Hu Yaobang le 15 avril 1989, au poste de secrétaire général du parti.

Hu a prôné des réformes économiques et politiques, mais lorsque des manifestations d’étudiants ont éclaté en 1987, ses adversaires conservateurs au sein du parti l’ont rendu responsable des troubles et il a été démis de ses fonctions une fois de plus.

Moins d’une semaine après sa mort, en avril 1989, 100 000 étudiants ont défilé sur la place Tiananmen pour demander sa réhabilitation et la mise en œuvre des réformes qu’il avait défendues.

En somme, ce décès de Jiang est gênant pour Xi Jinping. Mais il ne va certainement pousser ce dernier à abandonner ses méthodes de répression de la dissidence incluant notamment une forte présence policière, la censure et les poursuites sélectives.





Source

RESIST CAEN
Author: RESIST CAEN

Autres articles

RESIST – NORMANDIE
Défilement vers le haut