Je participe à ce collectif !

Pour vous inscrire au collectif et ainsi participer à l’aventure… Inscrivez-vous via ce formulaire…

N.B : Les données enregistrées ne sont utilisées que pour vous contacter… Elles sont stockées sur une interface d’hébergement personnelle (hébergeur mutualisé). Elle sont donc sécurisées le plus possible…Et difficilement “piratables”…

Cette information sera masquée du public
Obligatoire, car c'est ce qui vous identifie sur le réseau à la place de votre nom
Non obligatoire mais important pour vous mettre en relation
Sous la forme : 20, Rue Machin Bidule , 14000 CAEN
Pour vous contacter et former le réseau. Vous serez informé du lancement du collectif et des actions locales. Cette information sera masquée du public. Seul un formulaire de contact permettra de vous contacter publiquement.
Recevoir la newsletter ?

Retrouvez-nous aussi sur :

Hydrogène: la France confirme son ambition

Partagez cette page sur : 


Fabriquer des électrolyseurs, des piles à combustible pour équiper des bus ou des utilitaires à hydrogène, installer 500 km de pipelines et des stations-services: la France a confirmé mardi son ambition de développer l’hydrogène pour décarboner son industrie lourde et une partie des transports.

Après avoir annoncé en 2021 le déblocage de 9 milliards d’euros d’argent public pour structurer une filière balbutiante, la France compte désormais “150 projets d’industrialisation ou de recherche et développement autour de l’hydrogène”, a indiqué mardi la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier Runacher.

Lors de l’inauguration de l’usine Symbio de piles à combustible, lancée par les trois géants de l’automobile réunis, Michelin, Stellantis et Forvia, à Saint-Fons, elle a dévoilé les “contours” de la nouvelle stratégie de l’hydrogène qui devrait être présentée officiellement par le gouvernement “dans les prochains jours”.

Celle-ci sera incluse dans un projet de loi de souveraineté énergétique prévu en début d’année 2024.

Car, même si le premier permis d’exploration vient d’être accordé le week-end dernier pour localiser, qualifier et quantifier un gisement d’hydrogène natif souterrain dans le sud-ouest de la France, l’hydrogène est jusqu’à présent un produit purement industriel, fabriqué, à plus de 95% d’origine fossile, et non une ressource naturelle décarbonée.

Accompagnée de son collègue de l’Industrie Roland Lescure, Mme Pannier Runacher a confirmé l’objectif initial fixé en 2020 de produire l’équivalent de 6,5 GW d’hydrogène décarboné en France en 2030. L’effort sera accentué immédiatement afin de parvenir à “10 GW en 2035”, a-t-elle annoncé.

Avec les projets déjà connus, la France “a sécurisé entre 2,5 et 3 GW d’installations de capacité d’électrolyse, représentant quelque 8.000 emplois directs”, précise le document de présentation que l’AFP a pu consulter.

– “500 km de canalisations” –

La production d’hydrogène française sera d’abord destinée à “décarboner l’industrie” (raffinage, chimie, production d’engrais, sidérurgie), et ensuite aux mobilités, a indiqué Agnès Pannier-Runacher.

Principale innovation, l’annonce du déploiement d’infrastructures de transport d’hydrogène, via un réseau de pipelines autour de quatre “hubs” industriels: Fos-sur-mer, Dunkerque, Le Havre et la vallée de la Chimie près de Lyon. Et autour de “villes moyennes ou de plate-formes industrielles de plus petite taille”

Soit au total “environ 500 km de canalisations”, précise le texte qui prévoit aussi d’intensifier le maillage territorial de ravitaillement en hydrogène, pour l’instant très faible en France.

Anticipant le mouvement, l’aéroport de Toulouse-Blagnac a inauguré lundi une station de production d’hydrogène vert par électrolyse et de distribution, Hyport, destinée à alimenter aussi bien des véhicules que des avions.

Quant au projet d’infrastrucutre de transport de l’hydrogène H2Med qui vise à relier le sud et le nord de l’Europe via pipeline — fermement soutenu par Berlin et Madrid notamment — le document se contente d’indiquer que son financement se fera “à plus long terme” et “sous condition d’un cofinancement de ces infrastructures par tous leurs utilisateurs potentiels”.

Ce projet est également connu sous le nom de Bar-Mar, car il doit notamment relier Barcelone à Marseille.

Le document précise aussi que le nouveau réseau d’hydrogène devra être développé “indépendamment des réseaux méthane existants”. Son tracé “sera achevé à l’horizon 2026”.

La France s’engage d’autant plus dans cette technologie qu’elle a obtenu au niveau européen une assurance importante après des mois de bataille avec l’Allemagne opposée à l’électricité nucléaire: l’hydrogène produit à partir d’énergie nucléaire continuera à avoir les mêmes avantages que celui produit à partir d’énergies renouvelables, selon la ministre.

L’État a par ailleurs lancé un mécanisme de soutien à la production d’hydrogène décarboné à hauteur de 4 milliards d’euros de soutien public, grâce à des “contrats pour différence” attribués sur appel d’offre.

Le prix plus élevé pour l’instant de l’hydrogène vert que celui de l’hydrogène gris fossile, émetteur de CO2, sera “compensé” par de l’argent public pour permettre aux commandes d’arriver et à la filière d’émerger.

Un mécanisme équivalent à celui mis en œuvre dans le plan IRA aux États-Unis, qui devrait permettre “d’assurer pendant 10 ans la compétitivité de l’hydrogène décarboné par rapport à l’hydrogène fossile” indique le projet.





Source

RESIST CAEN
Author: RESIST CAEN

Autres articles

RESIST – NORMANDIE
Défilement vers le haut